Il n'y a jamais...
Poème (Rémy Prin)
Panneau de soie, ikat chaîne
Boukhara, Ouzbékistan
Détail d'un khatchkar
Gochavank (Arménie)
Bestiaire au portail sud
Aulnay
Pua kumbu, ikat chaîne
Iban, Sarawak, Malaisie
Détail d'une robe, ikat chaîne
Urgut, Ouzbékistan
Visage
San Juan de la Pena (Aragon, Espagne)
Voussure du portail
Foussais
Carré du marais
St-Hilaire la Palud
Fresques de l'abside
Kobayr (Arménie)
Coiffe de deuil
Mazières sur Béronne
Saintongeoise
Détail de la coiffe
Les églises du monastère
Noravank d'Amaghou (Arménie)
Détail d'un sarong, ikat chaîne
Sikka, Flores, Indonésie
Motif à l'araignée, ikat trame
Okinawa, Japon
Tissu de flammé, ikat trame
Charentes, France
Hinggi kombu, l'arbre à crânes, ikat chaîne
Kaliuda, Sumba, Indonésie
Nous tentons...
Poème (Rémy Prin)

Ce qui a duré
dans la mémoire des hommes,
ce qui fait culture,
paysages de la terre
ou pays de l'esprit,
ce qui peuple le voyage,
les vies, la plénitude,
le patrimoine, ce n'est rien
que ce lien fragile
de ce que nous sommes
à ce que nous devenons.

Soir, quand il pleut

Soir, quand il pleut.
Creuser au fond de la rumeur humide comme en soi,
sait-on jamais ce que la parole pourrait prendre dans ses filets,

dans ses écarts, à travers le peu du monde qu’elle dit, à travers
ce qu’elle échafaude, marée, souffle du vent.

La pluie, la nuit, rien ne résiste
à la peur comme elle, obscure.
On ne sait rien du temps, des territoires malmenés
des cris de l’autre côté des versants
les voyages ne tissent qu’un peu d’étoffe
qui brille à peine, que la mémoire déchire.

Je me love encore contre toi,
est-ce la fulgurance des autrefois que je cherche ?
Où est allé le monde le temps de soi-même,
ce qui est passé à peine
ce charroi qu’on tente de comprendre parfois,
le soir, quand il pleut
quand on voudrait que la parole
s’ouvre aux sourires des femmes,
dépasse un peu la solitude, qu’on touche
dans la rumeur humide qui se propage.

Et l’on se dit qu’un jour on sera submergé
recouvert par la musique du langage
qui ne dit rien qu’elle, mais
qui continue d’implorer.

Écriture 07/12/2021

1000 caractères restants