Bestiaire au portail sud
Aulnay
Fresques de l'abside
Kobayr (Arménie)
Détail d'un khatchkar
Gochavank (Arménie)
Coiffe de deuil
Mazières sur Béronne
Carré du marais
St-Hilaire la Palud
Voussure du portail
Foussais
Il n'y a jamais...
Poème (Rémy Prin)
Nous tentons...
Poème (Rémy Prin)
Visage
San Juan de la Pena (Aragon, Espagne)
Motif à l'araignée, ikat trame
Okinawa, Japon
Pua kumbu, ikat chaîne
Iban, Sarawak, Malaisie
Tissu de flammé, ikat trame
Charentes, France
Détail d'une robe, ikat chaîne
Urgut, Ouzbékistan
Hinggi kombu, l'arbre à crânes, ikat chaîne
Kaliuda, Sumba, Indonésie
Panneau de soie, ikat chaîne
Boukhara, Ouzbékistan
Les églises du monastère
Noravank d'Amaghou (Arménie)
Détail d'un sarong, ikat chaîne
Sikka, Flores, Indonésie
Saintongeoise
Détail de la coiffe

Ce qui a duré
dans la mémoire des hommes,
ce qui fait culture,
paysages de la terre
ou pays de l'esprit,
ce qui peuple le voyage,
les vies, la plénitude,
le patrimoine, ce n'est rien
que ce lien fragile
de ce que nous sommes
à ce que nous devenons.

Les jours à vif

C'est après le repas parfois tu viens, tu t'assois
tes yeux rient sur la vie qui coule

tu dis : “ Je voudrais bien savoir... ” et le monde soudain
c'est un abri tendu de nos paroles.

Souvent, derrière les faibles murs
ta voix gonfle, elle porte jusqu'en nous tous
elle fait trembler jusqu'aux entrailles de la terre
et c'est un grand bonheur de rires
comme la mer en ressac
devant l'absurdité du monde.

Un jour dans l'insensible la voix se fêle
le monde s'est fait gris sans trop savoir en toi
la peur nous a tous recouverts,
comme un manteau que toi seule porte.

Et le temps continue son charroi de temps
tu serres de tes bras la vie
tu dis : “ Je reste là... ” et ton rire encore ouvert
qui nous traverse
comme un chant bleu qu'on voudrait sans fin
comme le ciel.

C'est le tournant d'hiver
tu viens encore, tu m'embrasses tu dis
“ Et une bonne santé, surtout... ” je te serre l'épaule
tu cherches encore à rassembler ce qui s'enfuit,
la confiance encore au prix de la douleur.

C'est un peu plus tard un matin
on ne comprend jamais l'inéluctable
on est là, tous, la chair de toi manquante
ton rire en allé, la vie si mince.

On est là tous, serrés, dans le froid qui coupe
toutes les peaux toutes les paroles
c'est notre cortège à tous le froid la mort
qui rassemble les hommes, nous avançons
le vent de février disperse les pétales
qu'on veut t'offrir encore.

Voilà, nous rentrons
il y aura la part de la mémoire longtemps
les jours à vif, l'absence
comme la mer en ressac qui cogne
contre l'espoir infini qu'on voudrait.


Février 2007
Jacqueline était une collègue de travail, partie trop tôt.

 Écriture en mai 2021

1000 caractères restants